Freerando et ski de randonnée : quelles différences ?

Freerando, ski de randonnée, deux expressions que vous avez peut-être déjà entendu si vous êtes un habitué des vacances à la montagne ou que vous sortez régulièrement des pistes balisées ! Mais y a-t-il une différence entre ces deux pratiques ? On fait le point.

Le ski de randonnée : le classique du hors-piste

ski-randonnee-montagne

Le ski de randonnée se rapproche de l’alpinisme car son but est souvent d’atteindre un col ou un sommet sans passer par la case « remontée mécanique ». La descente n’est alors qu’un des aspects de cette pratique où l’on passe au final beaucoup plus de temps à monter qu’à descendre.

Le ski de rando peut également se pratiquer en itinérance, sur plusieurs jours pour parcourir un massif par exemple. Le matériel est plus léger que celui du ski alpin, afin de faciliter la montée.

Pratique contemplative par excellence, le plaisir réside dans les espaces que l’on découvre. Loin des domaines très fréquentés, le randonneur se retrouve face à une nature authentique vivante, qu’il a tout le loisir d’observer pendant l’ascension. C’est une pratique idéale pour les personnes aventureuses ayant envie d’un maximum de liberté.

Le freerando : moins de montée, plus de descente

free-rando-montagne

Le freerando est également une pratique de hors-piste. Néanmoins, à l’inverse du ski de randonnée, il met l’accent sur la descente. Ici, les freerideurs vont privilégier les itinéraires proches des domaines skiables, de manière à bénéficier le plus possible des remontées mécaniques.

A l’arrivée des remontées, le but est de ne pas marcher trop longtemps, soit en peau de phoque, soit carrément à pied pour aller trouver un itinéraire vierge un peu à l’écart des pistes. Les skis de freerando et le matériel en général sont généralement plus lourds qu’en ski de randonnée, l’accent étant mis sur la maniabilité à la descente plutôt que sur la facilité de la montée.

Ski de rando, freerando : que choisir ?

Le ski de randonnée et le freerando possèdent tout de même des similarités. Ainsi, il s’agit de deux pratiques engagées du ski alpin où l’on se retrouve face aux risques de la montagne : avalanches, crevasses, barres rocheuses, itinéraires non balisés, etc. Il va sans dire qu’un équipement de sécurité est absolument indispensable dans les deux cas : sac avec ARVA, pelle et sonde.

Pour choisir entre ces deux pratiques, vous devez savoir ce que vous cherchez dans le hors-piste.


Donnez votre avis